La Terre des Rois - Jeu en ligne gratuit de simulation économique, de stratégie, de role et d'aventure...
Accueil > Actualité > Article : "La Complainte de Mandrin"
0 joueur connécté. Maximum : 90
-- Site ouvert --
Login :
Pass :
Popup :
Pass oublié ?

La Complainte de Mandrin

Le 2007-06-30 09:40:03 par Demesmeeker.
Je goûtais le calme de la campagne lorsque mon regard fut attiré par un paysan. Il était arc-bouté sur sa charrue, peinant pour la faire avancer. Il s'arrêta pour s’éponger le front, reprit son ouvrage, puis s’arrêta à nouveau.

Je décidais de m'approcher.

- Tenez, dis-je en lui tendant ma gourde, buvez cela vous fera du bien.
Tournant vers moi des yeux marqués d’ une indicible fatigue, il la prit et but.
- Ah ! Mais qu'y a-t-il là dedans ?! C’est brûlant ma parole !
- Rien d'autre qu'un bon élixir pour se remettre d'aplomb !

Je remarquais ses mains calleuses façonnées par le travail de la terre. L’homme s’apprêtait à parler lorsqu’un bruit de charroi se fit entendre derrière nous. Il agita la main, faisant ses adieux aux paysans accompagnant les charriots, un voile de tristesse dans les yeux. Devant mon air interrogateur, il me dit dans un soupir : « Des amis qui quittent la ville... »

Il m’apprit que ce départ était dû au montant de l’impôt journalier prélevé par le seigneur des lieux. Il avait récemment augmenté le taux d’imposition de la cité ce qui faisait fuir ceux qui étaient incapables de payer.

- Comment vous appelez-vous ? lui demandais-je à brûle-pourpoint.
- Hein ?! fit-il sortant de son monologue. C'est Mandrin que l'on m'appelle.
- La vie est donc si dure dans votre cité ? demandais-je encore, refusant de laisser mes pensées vagabonder vers ce nom qui m'évoquait une vieille histoire.
- Certainement pas plus qu’ailleurs. Mais si vous le souhaitez, suivez-moi, je vous y mène.

Ainsi me retrouvais-je allant aux côtés de Mandrin, observant cet individu sans âge déjà marqué par le labeur. Il dut deviner mes pensées et me confia se savoir usé par les travaux agricoles, bien que ceux-ci soient facilités par les outils et la charrue améliorant le rendement, mis à disposition par le seigneur des lieux. Il parla ensuite de l’hiver et des décès évités par la chaudièrecheminée serait plus juste non? tandis que je l’interrompais et désignais un étrange tonneau surélevé.
- C’est le réservoir, il récupère l'eau de pluie et la redistribue automatiquement dans les habitations et les champs. Finie la corvée de seaux ! Mais… Ah ! Nous y voilà !

Effectivement, nous étions parvenus dans la cité où toute une population allait et venait. Au milieu d’elle se distinguaient des personnages à la mise recherchée. Mandrin m’expliqua avec une moue dubitative qu’il s’agissait là de conseillers récemment arrivés pour seconder son seigneur dans la gestion. La cité semblait prospère. Mon compagnon m’apprit que, grâce à une gestion rigoureuse et au confort relatif de la population, la ville connaissait une expansion régulière. Les nouveaux quartiers voyant le jour avaient chacun une destination particulière. La cité produisait denrées et outils et commerçait avec d’autres villes proches.

Je me dis alors que la situation avait l’air satisfaisante mais un pli soucieux barra le front de Mandrin. A ma question de savoir ce qui l’inquiétait il me répondit qu’il craignait que cette prospérité n’attire les convoitises.

- Espérons que les troupes que notre seigneur entraîne dans la cour du château et les bâtiments militaires que vous voyez là sauront nous protéger!

Avisant une enseigne prometteuse, je l’invitais à partager une boisson à la taverne afin de conclure cette longue conversation, ce qui sembla le satisfaire pour l’heure.


En bref...




Plan du Site - A Propos - Mentions légales - Crédits - Partenaires - Contact
copyright (c) 2003/2011 Aurieres Raphaël, tous droits réservés...

Jeux en ligne gratuits Jeux en ligne gratuits Jeux en ligne gratuits

Page générée en 0.054 seconde et 7 requêtes SQL.