La Terre des Rois - Jeu en ligne gratuit de simulation économique, de stratégie, de role et d'aventure...
Accueil > Actualité > Article : "Non-prolifération citadine"
0 joueur connécté. Maximum : 90
-- Site ouvert --
Login :
Pass :
Popup :
Pass oublié ?

Non-prolifération citadine

Le 2007-07-03 22:12:02 par Leonardo.
Grâce à notre empereur les épines empêchant la floraison de nouveaux arrivages coloniaux ont été enlevées. Néanmoins, le repeuplement des régions présente des hauteurs très inégales. Pour certains cela devient un vrai poison…

Un problème a été soulevé assez récemment par des sieurs de Dol-Mireck. Leur région rencontre en effet une nette baisse du nombre de cités implantées, ce qui les fait s’enfoncer dans un vrai bourbier. Le fait évident qu’il s’agisse là d’une des rares, deux à vrai dire, régions à avoir aujourd’hui un accès limité explique en grande partie l’obstacle. Il est pareil à un roncier, stoppant la progression démographique. Tout seigneur ne peut se rendre sur cette terre. Seuls ceux qui connaissent un mot secret peuvent espérer y faire germer un hameau selon la loi impériale. Ce mot faisant figure d’invitation n’est connu en principe que par les habitants d’ores et déjà installés dans la région.

Le système, assez ancien, est cependant censé freiner la croissance trop forte d’une région en nombre de seigneurs et non placer un taillis inextricable sur la route de son évolution. L’objectif final est bien sûr de contrôler les flux migratoires et de répartir équitablement les nouveaux arrivants dans toute les régions. Toutefois, la surveillance impériale à l’égard de ces flux semble être compromise pour l’instant et les régions recevant cette protection n’en ont vraiment plus besoin. On sait combien parmi les arrivants sont au point indécis qu’ils s’en retournent parfois promptement à leurs racines, ce qui ne fait que complexifier la situation.

Ce n’est pas la première fois que ce genre de nécrose apparaît, et à l’heure où il faudra enlever le venin, cela devrait se faire vite, ou du moins facilement. Même si ce n’est ni un souci majeur ni une priorité, nous attendons de voir des simplifications du système sortir des broussailles. La création de normes pré-établies pour cette tâche précise, comme cela a déjà été proposé, permettrait de supprimer tout embêtement et de tendre une liane à notre bon empereur qui, d’un bond, se libérerait d’une lourde contrainte.

Peut-être cependant y a-t-il un léger intérêt à une région peuplée dans des proportions modestes : l’espace, la verdure ! De l’herbe non rase à perte de vue et des buissons tranquilles. Encore, certains trouvent peut-être plaisir dans ceci, n’aimant pas une communauté trop étendue et compétitive.

Le fait est qu’une région bloquée de façon si drastique et déjà enserrée dans les vrilles d’une plante dévoreuse de ruines court à sa perte. Peu à peu, elle se vide de sa substance comme de ses gens et risque de retourner à l’état sauvage. La jungle des affaires luxueuses laisserait place à celle de la flore luxuriante. Qui sait si à ce rythme nous ne risquerions pas de ne plus distinguer la moindre bâtisse derrière la courbe légère des coteaux ou de ne plus compter nos races parmi les mille vies de la forêt.


En bref...




Plan du Site - A Propos - Mentions légales - Crédits - Partenaires - Contact
copyright (c) 2003/2011 Aurieres Raphaël, tous droits réservés...


Page générée en 0.032 seconde et 7 requêtes SQL.