La Terre des Rois - Jeu en ligne gratuit de simulation économique, de stratégie, de role et d'aventure...
Accueil > Actualité > Article : "Il n'y a pas que l'amour en héritage..."
1 joueur connécté. Maximum : 90
-- Site ouvert --
Login :
Pass :
Popup :
Pass oublié ?

Il n'y a pas que l'amour en héritage...

Le 2007-11-03 09:10:50 par Xerxes.
Les messages de décès et de départ de grands Seigneurs se multiplient ces dernières saisons et nous ne saurons jamais avec exactitude le nombre de Seigneurs fraîchement arrivés n’ayant pas survécu à leur première année.
Toutefois, à la tristesse des adieux fait souvent suite quelque chose qui allège le poids du deuil : l’héritage ! Ah, je vois vos yeux briller, du fruit d’une larme ou d’une étincelle cupide. Cela est d’autant plus vrai si le défunt possède une cité d’une certaine importance.
Pourquoi cet intérêt morbide ? Car les règles de l’héritage ne sont pas inexistantes, certaines écrites, d’autres plus orales, voire morales…

Une solution s’est répandue : le don de cité. Plutôt que de voir leurs efforts réduits à néant par une maladie, un exil irrévocable, certains Seigneurs (ou Dames) ont choisi de confier leur cité à un de leurs amis, généralement plus fraîchement arrivé. Ce procédé dit du legs des clés n’est pas interdit, même s’il a tendance à générer des situations rocambolesques. Il reste malgré tout soumis à une obligation : le nouveau maître des lieux se doit de détruire sa cité initiale ou de la céder. Nul ne saurait administrer deux cités en même temps : la pendaison impériale s’en suivrait très rapidement accompagnée d’une hausse du prix du chanvre…

La deuxième solution est le don de ses possessions, outils, ressources, couronnes, héros. Tout cela est totalement légal et l’usufruitier, ou les usufruitiers, sont au libre choix du donateur. Toutefois, il convient expressément que ce soit ce dernier qui s’en soit occupé en personne avant son départ, ou son clerc qui s’en charge s’il est décédé, mais en aucun cas cela ne peut être une tierce personne. Le démontage des bâtiments et la mise en vente des biens ne sauraient être conduits par un usufruitier - sous peine de voir s’élever les cours du chanvre. Les pratiques visant à piller ou à raider un ancien ami expulsé de sa guilde ne sont pas punies par la loi impériale, mais la tradition les proscrit. Chacun a sa conscience…
Une dernière solution, plus rarement envisagée mais que l’on a déjà connue, réside dans une annonce officielle où le Seigneur invite chacun à venir le mettre à mort, en supportant pillages et raids jusqu’à être mis hors combat. Cas exceptionnel plein de fougue guerrière mais que nous devions mentionner ne serait-ce que pour l’intérêt historique.

Une mort est toujours un déchirement pour les amis, sachons honorer ceux qui partent en gardant notre moralité et en évitant de les suivre trop rapidement dans la tombe, faute de prudence…


En bref...




Plan du Site - A Propos - Mentions légales - Crédits - Partenaires - Contact
copyright (c) 2003/2011 Aurieres Raphaël, tous droits réservés...

Jeux en ligne gratuits Jeux en ligne gratuits Jeux en ligne gratuits

Page générée en 0.047 seconde et 7 requêtes SQL.