La Terre des Rois - Jeu en ligne gratuit de simulation économique, de stratégie, de role et d'aventure...
Accueil > Actualité > Article : "Divertissement"
1 joueur connécté. Maximum : 90
-- Site ouvert --
Login :
Pass :
Popup :
Pass oublié ?

Divertissement

Le 2008-04-16 20:36:39 par Leonardo.
Le divertissement est une notion dont chacun se fait une idée, dont chacun a besoin sans se l’expliquer. Par eux-mêmes, ou grâce aux autres, Seigneurs et Dames démontrent beaucoup d’ingéniosité pour se divertir. Intéressons-nous à celle-ci, ainsi qu’au concept même.

Il est important de bien cerner ce qu’est le divertissement. Il s’agit de l’action de se détourner de l’essentiel pour se consacrer à l’accessoire, indispensable à la construction de l’individu. La vie seigneuriale pour trépidante et agréable qu’elle soit ne peut définitivement contenter l’être et suffire à son équilibre. Il lui faut de l’évasion, pour donner libre cours à son potentiel créatif. Se divertir, c’est aussi se chercher un but : ne pas vivre vainement.

Notez toutefois l’anecdote ! Divertir, à l’origine, ne consiste pas à offrir une action plaisante, mais à détourner des fonds à son profit. En effet, les spéculateurs s’amusent certainement aux dépends de ceux qu’ils manipulent. Augmenter son pécule reste souvent plaisant et attractif.
Il en va de même pour la gestion des entraînements, ou même celle de la guerre, qui est le plus souvent une partie intégrante de la gestion d’une cité. Quelques uns adorent ces combats au point de les pratiquer, ou de les observer, comme un loisir et avec un immense plaisir.

A côté de ceux-là, il y a aussi les diplomates et les bavards qui ne peuvent s’empêcher de parler, dialoguer, discuter, converser, babiller, bavarder, papoter, causer, palabrer, deviser, confabuler, blablater, cancaner, exprimer, évoquer, débattre, discourir, pérorer, disserter, s’entretenir de tout et sur tout ! Le contact est assurément l’un des plus puissants moyens pour se ressourcer.

Parmi les sires les plus savants, nombreux sont ceux qui s’adonnent à un passe-temps culturel. Les connaissances peuvent être mises à profit ou être confrontées à celles des autres dans des défis épiques. Il va soi par exemple que les subtilités de la langue commune de nos régions accaparent aisément bien des efforts. D’aucuns encore s’attarderont volontiers en collège sur des problèmes des mathématiques : moult exercices dont un néophyte en cette abstruse discipline ne saurait oncques se représenter la complexité.
Lire de pesants ouvrages gravés de runes ou de jolies lettrines plaît à tout une foule d’amoureux de textes et de littérature. A sa façon, notre journal tente de vous divertir tout en vous informant. Ainsi font les chroniqueurs qui consignent leurs faits et gestes et les rendent publics, tout comme les historiographes qui s’occupent de déchiffrer les anciens pour vous les resservir.

Concernant ceux qui ne se récréent pas par l’esprit, ni en poursuivant leur œuvre dirigeante, ils peuvent avoir par exemple une occupation manuelle. Nul doute qu’il se trouve en nos contrées quelque sire bien bâti pour forger ses propres armes, ou l’une ou l’autre dame méticuleuse pour coudre comme personne.

Dans tous les cas, les divertissements s’apparentent également à la distraction. Cela me fait dire qu’on nomme distrait qui abuse du bon plaisir de se laisser aller. Les rêveurs ne sont pas si peu nombreux, et ils choisissent par là la manière la plus commune de fuir le monde. Ne pas affronter la réalité n’est pas de la couardise, mais une nécessité. Aussi important que le repos, le plaisir tiré du divertissement pérennise le bonheur tiré des événements tangibles ayant lieu en nos murs. Pour mieux revenir à la réalité de notre gestion, il faut donc parfois savoir s’en « déconnecter ».


En bref...




Plan du Site - A Propos - Mentions légales - Crédits - Partenaires - Contact
copyright (c) 2003/2011 Aurieres Raphaël, tous droits réservés...


Page générée en 0.036 seconde et 7 requêtes SQL.